lundi 11 octobre 2010

à signaler : l'excellent article de Guillaume Malaurie dans Paris Obs sur les toits végétalisés


C'est dans le Paris OBS n°2396 du 7/13 octobre 2010. Où l'on y apprend notamment que le gymnase flambant neuf de la rue des Haies à Paris (photo ci-dessus) a un toit végétalisé de 600m² flambant neuf ! 'Des essaims de papillons et d'abeilles passent des aubergines aux plants de tomates, des tournesols aux plantes sauvages. Bluffant.' Ce sont ainsi 44 000 m² de toitures municipales et HLM qui ont été végétalisées ces quatre dernières années. Bon à savoir, évitez les bambous car ils attaquent l'étanchéité des toits. à ces 5 hectares publics de toit végétalisé il faut ajouter environ 25 hectares du côté des particuliers et des entreprises. Soit la superficie du parc des Buttes Chaumont. Mais la France reste loin derrière l'Allemagne dont la superficie sur l'ensemble de son territoire est de 15 millions de m² contre 800 000 en France (il serait à ce titre intéressant de comparer le superficie totale des forêts entre l'Allemagne et la France, cette dernière étant la première forêt d'Europe). Berlin compte inverser les courbes de température dès 2020. Londres a mis en place la norme 'brown roof' qui 'prévoit la réutilisation en hauteur de toute la terre déblayée en sol lors de la construction d'un immeuble'. Paris compte parfois un écart de température de +4 degrés par rapport à la banlieue ; notamment en cause, les 450 km de réseau de chauffage urbain enterré ainsi que de cables électriques et internet ; à noter également l'impact du ruissellement des eaux de pluie qui vont directement à l'égout et ne jouent plus leur rôle de baisseur de température au sol.
Enfin pour isoler de manière significative les appartements et atteindre la norme RT2012, il faut compter une épaisseur d'au moins 40cm de terre sur le toit (contre 6 à 12 en moyenne).