dimanche 26 septembre 2010

Rallye automobile d'Alsace et décroissance, quel rapport ?


Jamais facile les débats entre anti et pro-décroissance. Les premiers l'assimilent à un retour au temps des cavernes, les seconds à une sorte d'ascétisme consumériste. En lisant les Dernières Nouvelles d'Alsace, j'ai noté qu'un groupe de 200 personnes protestaient contre la tenue du rallye automobile d'Alsace en enfourchant leur vélo hier après midi à Strasbourg. C'est peut-être ça la décroissance. Un rallye automobile porte haut le non sens de l'action collective (sponsoring : un rallye automobile n'est que la vitrine promotionnelle de constructeurs automobiles ; vitesse : à quoi sert d'aller le plus vite possible dans des paysages où chaque recoin mérite qu'on s'y arrête quelques instants ; pollution : les émissions de CO²/km émis par la trentaine de concurrents sont cent fois plus importantes que le véhicule lambda). Concentré autant de moyens humains, financiers, tchnologiques dans le seul but de vendre plus de voitures, est-ce que cela a du sens ? Concentrer ces différents moyens pour promouvoir des modes de mobilité doux et de lien social non basé sur la compétition et l'argent, est-ce si déraisonable ? Organiser le rallye de la voiture la plus lente pourrait être rigolo ; ou celui de la découverte d'un territoire, des gens qui y habitent...