lundi 25 avril 2011

Laver son linge sale peut être utile pour chauffer son immeuble


Le groupe scolaire Wattignies dans le 12è arrondissement de Paris est équipé d'une installation qui récupère la chaleur issue des eaux usées du quartier (laveries automatiques notamment) pour couvrir 70% de ses besoins en énergie. Les eaux usées sont toute l'année à une température oscillant entre 12 et 20° C. Grâce à des récupérateurs de chaleur en inox installés dans les égouts, les calories sont acheminées vers une pompe à chaleur qui les concentre jusqu'à une température de 60° C. La chaleur est ensuite transmise au réseau habituel de chauffage de l'école. Les enfants en témoignent : il ne fait pas plus froid qu'avant dans l'école. Ce système, qui nécessite que l'égout soit assez proche du bâtiment et qu'il soit assez gros pour que la quantité d'eau qui passe soit quasiment constante, pourrait être utilisé dans 10 % des bâtiments parisiens.
Cette expérience vient après celle des panneaux solaires et hydroliennes (pour les toilettes publiques) qui ont montré leur limite.