lundi 27 décembre 2010

Les Alpes ou la mondialisation dans ce qu'elle a de pire ?



Les Cerniers dans le Valais en Suisse ont reçu en 2005 le prix mondial du tourisme durable pour leur camp de 'Whitepod' dont les principes reposent sur :
- la limitation de consommation d'eau et d’énergie,
- la diminution de production de déchets,
- l’utilisation des ressources renouvelables,
- la sensibilisation la clientèle sur la préservation de l’environnement.

Il ne s'agit encore que d'un concept pour millionaires mais après avoir passé une semaine dans les Alpes, et avoir constaté les méfaits de l'industrie de "l'or blanc" sur la nature et les habitants, ceci peut constituer un début de réponse. Pêle-mêle de ce que j'ai pu observer :

- des stations de ski littéralement "posées" sur la montagne et totalement dépendantes au niveau de leurs ressources (énergie, eau...) de l'extérieur,
- des habitants des villages alentours évincés des stations tant les prix des remontées mécaniques sont prohibitifs (avec le sentiment de frustration qui en découle naturellement),
- une dévitalisation sociale, économique, culturelle des villages environnants, un exode rural lent mais progressif, des stations de ski intermédiaires (soutenues par les collectivités locales) prises à le gorge et qui ferment les unes après les autres,
- des installations certes ultra-modernes (qui au passage demandent des investissements colossaux dont le ROI est loin d'être assuré) mais qui constituent autant de verrues dans le paysage.

Au-delà du paysage défiguré c'est bel et bien le fossé qui s'est installé entre les stations construites de toute pièce dans les années 50-60 et les villages qui m'a le plus marqué. Les stations font certes vivre quelques autochtones mais il s'agit d'emplois saisonniers, peu qualifiés et peu rémunérés. Rien en tout cas qui peut laisser penser que cette industrie, dans sont état actuel, pourra péréniser les quelques emplois locaux. Plus grave encore, l'acculturation des pratiques qui laisse la place à un prêt à penser, à consommer, mondialisé et identique, que l'on se trouve à Ibiza, Les Arcs ou Miami.