dimanche 13 novembre 2011

Identifier les différences politiques et socio-économiques franco-allemandes : une voie structurelle et culturelle salutaire pour sortir de la crise



- Les modèles politiques :

Allemagne : une relation au pouvoir pragmatique qui permet de créer des gouvernements de coalition pour surmonter les crises.

France : une relation exclusive au pouvoir qui écarte ceux qui ne pensent pas comme soi.

En toile de fond : le rapport pathologique des élites françaises au pouvoir, fondé sur la conception que moins il se partage plus les décisions prises sont profitable à tous.


- Les modèles socio-économiques :

Allemagne : l'organisation du travail fondée sur un tissu de PME riche en compétences dans une approche partenariale "gagnant-gagnant" entre grands groupes et sous-traitants, et un dialogue social constructif entre corps intermédiaires représentatifs (patronat et syndicats).

France : des grandes entreprises qui captent l'innovation des PME dans un rapport "gagnant-perdant", dans le cadre d'un dialogue social de façade.


En toile de fond : concentrer le cercle des décisonnaires et capter l'innovation pour empêcher l'apparition potentielle de concurrents.


- Les modèles de formation :

Allemagne : une prédilection aux cycles de formation courts qui permettent aux salariés de se former tout au long de leur vie (dans le cadre de passerelles naturelles entre le monde de la formation et le monde de l'entreprise).

France : une formation initiale longue déterminante qui doit permettre de dégager une élite administrative et économique (et dont le corollaire est un acccès difficile des moins formés à la formation tout au long de leur vie professionnelle).


En toile de fond : la conception surranée du modèle français qui pense que l'accès d'une élite à la connaissance permettra de "guider" le reste de la population VS le modèle allemand, de philosophie protestante, qui privilégie l'accès au 'livre' pour répartir équitablement et de manière diffuse le savoir.


En synthèse, on peut observer que nous sommes en présence de deux modèles d'exercice de la démocratie :

- un modèle français de type autoritaire qui pense que les "maux" de la démocratie (système politique par défaut) peuvent être "résolus" par l'émergence d'une élite administrative et économique, détentrice du savoir et des réseaux d'influence,

- un modèle allemand qui exploite de fond en comble ce système politique en s'appuyant sur ses "défauts" présumés (partage de l'exercice du pouvoir, dialogue social, accès continu à la connaissance).